Une église réformée protestante au centre-ville de Strasbourg, membre de l’UEPAL

Bienvenue

Welcome

Willkommen

Accueil > Choeur > Le Choeur de l’Eglise Réformée du Bouclier

Le Choeur de l’Eglise Réformée du Bouclier

mercredi 21 novembre 2007
JPEG - 6.3 ko

Le Choeur du Bouclier est ouvert à toutes celles et tous ceux qui aimeraient se joindre à lui : choristes débutants, chanteurs amateurs ou confirmés.

Horaire des répétitions : Les lundis de 20 à 22 heures à la salle Bartholmé (cour de l’Eglise Réformée du Bouclier) 4 rue du Bouclier - Strasbourg


- Président du Choeur : Jérome Marcon
- Direction du Choeur : Christian Seckler ->Consulter sa biographie


JPEG - 107.1 ko

Avec ses presque 120 ans, le Choeur de l’Eglise Réformée du Bouclier est aujourd’hui l’un des plus anciens choeurs de Strasbourg, ville qui peut pourtant s’enorgueillir d’une tradition de la pratique vocale forte.
Créé en 1890, soit un siècle après l’édfication du temple de la rue du Bouclier, sous le nom de "Société Chorale de l’Eglise Réformée de Strasbourg" par le pasteur Edouard Stricker, le Choeur avait pour mission de contribuer à embellir les services religieux.

D’abord confié à M. Hoffmann jusqu’en 1897, c’est Charles Niesberger qui assura la direction du choeur mixte jusqu’à sa mort, en 1929. Elève d’Ernest Münch et fervent admirateur de J.S. Bach, il parvint à développer, grâce à son enthousiasme, les prestations du choeur en faisant exécuter des oeuvres alors délaissées, et en s’attaquant à des oratorios de Mendessohn ou de Haendel, sans négliger les auditions régulières de cantates du maître vénéré J.S. Bach, notamment à partir de 1917.

Dès 1918, le champ d’activité s’élargit et le cadre du temple devient trop exigü. Des auditions de grand style sont données à Saint-Paul ou au Palais des Fêtes, selon leur caractère religieux ou profane. Le répertoire s’élargit à Haydn, Schumann, Beethoven, Brahms, Reger et, en 1920, il fallut créer "une caisse des membres d’honneur pour subventionner l’oeuvre progressante".

Charles Muller, professeur d’orgue au conservatoire, prit la succession de Ch. Niesberger en 1929 et poursuivit l’oeuvre entreprise.

Durant la seconde guerre mondiale, les associations furent dissoutes et la chorale redevint exclusivement paroissiale, se limitant à exécuter chaque mois une cantate de Bach, dans le cadre du culte dominical, attirant un auditoire fervent, réconforté par la prédication du pasteur Charles Bartholmé.

Cette tradition trouva sa consécration en 1947 avec l’exécution annuelle d’une cantate dans le cadre du Festival de Musique de Strasbourg (le Choeur a notamment en 2007 fêté sa 60e fidèle participation) et se perpétua encore après le départ en 1961 de Charles Muller (décédé en 1963), puis sous la direction de Marc Münch jusqu’en 1984, approfondissant le répertoire des cantates.

L’avènement de Daniel Schertzer, alors 6e chef de choeur -qui était directeur du Madrigal de Luxembourg et lui-même compositeur- réorienta le choeur vers une activité de concerts plus soutenue et un répertoire à nouveau diversifié, l’amenant à se produire quelquefois en dehors de son cadre habituel (Mulhouse, Stuttgart) et à accueillir des Ensembles venus d’ailleurs.

Depuis 1995, c’est Christian Seckler, flûtiste professionnel, qui dirige le Choeur du Bouclier avec ses 60 membres. Visant à une qualité musicale toujours plus accrue, il en a confirmé la réputation, élargi l’audience et approfondi les prestations.
Tout en restant fidèle à la traditionnelle exécution de cantates de J.S. Bach -le Choeur a ainsi chanté plus de 200 cantates du cantor de Leipzig- Christian Seckler aime faire découvrir des oeuvres peu jouées : Requiem de Schumann, Der Tod Jesu de Graun, voire inconnues : Requiem de Lickl, une première en Alsace qui a fait l’objet d’un enregisrement sur CD en avril 2006.

Loin de s’endormir sur de réels succès, le Choeur -et sa soixantaine de choristes- reste constamment entrainé par ce chef et son souci constant de vouloir toujours relever tous les défis qui se présentent à lui. On pensera à l’interprétation du Requiem de G. Fauré, ou à celle de Die sieben letzen Worte unseres Erlösers am Kreuze de J. Haydn, avec ses 100 exécutants et, enfin et surtout, à l’interprétation du célèbre oratorio de H. Berlioz "l’Enfance du Christ".

C’est ainsi qu’au fil des ans, le Choeur du Bouclier a acquis une réputation et un sérieux qui font de lui l’une des chorales les plus dynamiques évoluant sur la place de Strasbourg. Son audience dépasse aujourd’hui largement les murs de son Eglise.

L’Ensemble Instrumental du Bouclier

Christian Seckler a su s’entourer de musiciens professionnels pour créer -en 1995- l’Ensemble Instrumental du Bouclier. Composé à l’origine d’instrumentistes de la Paroisse du Bouclier, il s’est peu à peu étoffé de nouveaux membres, tous proches du chef de choeur. Aujourd’hui, ce sont des musiciens professionnels ou des étudiants, évoluant soit au Conservatoire de Musique de Strasbourg, soit dans le écoles de musique de la région, qui se réunissent régulièrement sous la baguette de Christian Seckler et qui suivent avec beaucoup de bonheur le Choeur dans toutes ses prestations. Souple et efficace, cet Ensemble peut évoluer en structure chambriste ou symphonique, selon les besoins.

Portfolio